La chute de Madrid

11/17/2023

Bonsoir à toutes et à tous, nous voici pour un nouveau numéro de #DansLesYeuxDeMike . Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'un club qui m'est cher : Le Real Madrid. Ensemble, nous allons voir comment un club qui a régné sur l'Europe pendant plus de mille jours a tout perdu en l'espace d'une semaine. C'est parti !

Noussommes le 31 mai 2018, Zinedine Zidane, actuel entraîneur du clubconvoque les journalistes pour une conférence de presseexceptionnelle. Il annonce donc à la surprise générale son départde la Casa Blanca. Selon lui, l'équipe avait besoin d'unnouveau discours, un nouveau souffle pour continuer à gagner. C'estdonc un tremblement de terre qui s'abat sur le monde du football.S'en suivit, le 10 juillet, la fin de plusieurs mois de spéculation.Le départ de Cristiano Ronaldo, meilleur buteur du club et légendevivante est officialisé. Acheté en provenance de Manchester Unitedlors de l'été 2009 pour 100 millions d'euros, ce qui faisait deCR7, le plus gros transfert de l'histoire à l 'époque.

Avecun effectif affaibli par les différentes tensions entre laprésidence et les joueurs, amoindri par le départ de ses deuxlégendes. C'est un Real Madrid méconnaissable qui s'inclinera enSupercoupe d'Europe de l'UEFA face à l'Atletico de Madrid.

Faisonsune ellipse de plusieurs mois et arrivons au mois de février 2019.Le club a trois matches d'une importance capitale à jouer : unedemi-finale aller au Camp Nou contre le FC Barcelone, un derby deMadrid contre l'Atletico à l'extérieur et un huitième de finalealler de Champions League à Amsterdam contre l'Ajax. C'est donc unesemaine presque charnière qui attend Santiago Solari et ses hommes.Des hommes qui gèrent plutôt bien celle-ci car ils serontinvaincus. Match nul face au Barça et deux victoires.Concernant la double confrontation face aux catalans, les joueurs dela capitale arrivent en force, ils ont marqué à l'extérieur, ilsveulent mettre fin à l'hégémonie barcelonaise sur cettecompétition et jouent le match retour à domicile. Victorieux à laJohann Cruyff Arena, 1-2, les triples tenants du titre sont ensituation confortable. Ils ont mis deux buts à l'extérieur et unel'expérience de ces gros matches, ce qui devrait être suffisantface à une jeune équipe néerlandaise qui jouera crânement sachance.

C'estune humiliation que subiront les Merengues face à leur rivauxcatalans, ils n'auront été efficace ni dans leur surface, ni danscelle des adversaire. Résultat, une gifle 0-3.

Reléguésà 9 points de leur bourreau en championnat, les madrilèness'accrochent à ce titre qu'ils ont tant soulevé, leur titre, laLigue des Champions. Ce soir-là se produisit ce que très peu depersonnes avaient vu venir. La jeunesse virevoltante faitlittéralement exploser une équipe madrilène en totale perdition.Le triple tenant du titre est éliminé sur sa pelouse, 1-4.

Ilne reste qu'un seul trophée encore jouable sous réserve de ne plusfaire de faux pas, il s'agit du championnat. D'ailleurs, le leaderbarcelonais se déplace (encore une fois) au Bernabeu avec 9 pointsd'avance sur son rival du soir. Un nouveau soir, une nouvellehumiliation. Défaite cuisante et sans équivoque du troisième, 1-4.Désormais à 12 points de la tête, les joueurs le concèdent, « letitre est à oublier » Dani Carvajal ira jusqu'à dire « C'estune saison de merde. »

Tout s'est écroulé en deux semaines pour le géant espagnol. Des cadres souhaitant tous partir, un entraîneur pas au niveau, des supporters contre leur équipe, des légendes parties sans le moindre remerciement ni remplacement digne de ce nom …

Ce n'est plus à Houston que nous avons un problème mais bel et bien à Madrid !

Mike.